Pour s’informer :
C’est là que vous pouvez retrouver un certain nombre de références théoriques utilisées et/ou abordées dans les ateliers d’éducation à la sexualité.

Vous avez été quelque un-e-s à nous le demander, alors voilà, nous avons trouvé cette solution pour que même ceux et celles qui ne viennent pas aux ateliers puissent s’informer : faire une rubrique sur le site où vous pourrez retrouver les références théoriques abordées et/ou utilisées dans les ateliers.

Cette page évoluera dans le temps, au gré des sujets et concepts abordés. Tout n’y sera pas mis instantanément, mais dans la mesure du possible, nous nous astreindrons à la compléter.

 

Le contrôle social

Il est principalement défini par Émile Durkheim et désigne l‘ensemble des pratiques sociales, formelles ou informelles, qui tendent à produire et à maintenir la conformité des individus aux normes de leur groupe social. Il contribue à l’intégration des individus et à la cohésion du groupe, mais peut également produire de la déviance et de la stigmatisation (ou étiquetage)1.

Il est toujours présent dans l’élaboration de nos choix de vie, de nos actes, et chaque individu contribue consciemment ou inconsciemment à réguler les comportements sociaux d’autrui.

Il a trois niveaux s’influençant les uns les autres (formel, relationnel et intériorisé).

Il s’exerce par jugements et par sanctions : un écart à la norme suscite des réactions qui signalent au contrevenant — et aux autres membres du groupe — qu’il doit s’y conformer. Ces sanctions peuvent être négatives (railleries, réprobations, mépris public, mise au ban, amende, etc.), mais aussi positives (médailles officielles, félicitations scolaires, compliments moraux, etc.)2

Les sanctions sont formelles ou informelles : « L’une est appliquée par chacun et par tout le monde, l’autre par des corps définis et constitués », écrit Émile Durkheim3

Pour continuer à s’informer sur le contrôle social

 

 

Une bibliographie non exhaustive :

Parce que la sexualité s’apprend et se construit, nous vous proposons une bibliographie que nous complèterons au fil de nos lectures et recherches : disponible ici

 

 

Une bibliographie pour les plus jeunes :

Parce que cette construction débute au plus jeune âge, nous avons pensé au plus petits aussi avec cette bibliographie non exhaustive que nous complèterons au fur et à mesure : disponible ici

 

 

Les références :

1 Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (1963)

2 Alfred. R. Radcliffe-Brown, Structure et fonction dans la société primitive, Éditions de Minuit, 1968 (1933)

3 Émile Durkheim, « Définition du fait moral », in Textes. 2. Religion, morale, anomie, Éditions de Minuit, 1975 (1893)

 

Association de loi 1901 - Déclarée le 22 juillet 2013 - N° RNA W133020172 - N° SIRET 797 489 234 00022